Montréal a conseillé une veuve dans une affaire de négligence professionnelle

mars 14, 2019

Client: Judith Matte-Thompson et 166376 Canada Inc.

Notre bureau de Montréal a représenté avec succès Judith Matte-Thompson et 166376 Canada Inc. devant la Cour suprême du Canada dans l’affaire Salomon c. Matte-Thompson. Une décision majoritaire (huit juges contre un) a été rendue en faveur de nos clients contre l’avocat Kenneth Salomon et le cabinet montréalais Sternthal Katznelson Montigny s.e.n.c.r.l., donnant lieu à l’octroi de plus de 9,4 M$ CA en dommages-intérêts.
 
Mme Matte-Thompson avait perdu les investissements faits dans deux fonds de placement à l’étranger qui avaient été négligemment recommandés et approuvés par son ancien avocat, Salomon. La plus grande partie de ces investissements provenait de sommes héritées de son mari. Les deux conseillers en placement négligemment recommandés par Salomon qui contrôlaient les fonds, Themis Papadopoulos et Mario Bright, exploitaient un système de Ponzi et ils ont fui le Canada lorsque leur fraude a été dévoilée au grand jour. Les services de Norton Rose Fulbright ont été retenus pour poursuivre les conseillers ainsi que Salomon et son cabinet. Le cabinet a obtenu un jugement par défaut contre les conseillers. Durant les procédures contre Salomon, les membres de l’équipe ont découvert qu’il avait reçu des paiements secrets de Papadopoulos à la suite d’un placement important réalisé par Mme Matte-Thompson auprès de Papadopoulos.
 
Cette affaire a commencé il y a 11 ans et a comporté une défaite en première instance, un renversement par la Cour d’appel du Québec, une autorisation d’interjeter appel improbable accordée par la Cour suprême, puis la confirmation du jugement de la Cour d’appel par une décision majoritaire de huit juges contre un de la Cour suprême. 
  
L’équipe comprenait Azim Hussain, Pierre Bienvenu, Andres Garin, François-David Paré, Jérémy Boulanger-Bonnelly et Helen Hamel (parajuriste).